Vers les Chambres d'agriculture d'Auvergne

Chambre d'agriculture du CantalChambre d'agriculture de l'AllierChambre d'agriculture du Puy de DômeChambre d'agriculture de la Haute-Loire

La filière porcine

L’élevage porcin est présent sur l’ensemble de la région. Le porc est la 3ème viande produite en Auvergne, derrière le bovin et la volaille, mais la 1ère viande abattue (45 % du tonnage). La production couvre 4/5 de la consommation des auvergnats et ne représente que 2 % du total national. Néanmoins, dans le contexte difficile que traverse la filière porcine l’Auvergne est la seule région hors Ouest qui ait maintenu son niveau de production sur vingt ans.

 

Une tête de bassin

L’Auvergne constitue le centre d’un bassin de production Nord Massif-Central élargi, avec l’Allier comme cœur

  • 40 % de la production régionale
  • l’abattoir de Lapalisse, qui traite 55 000 tonnes soit 70 % du tonnage régional
  • le siège de la coopérative Cirhyo, de loin la plus importante OP hors Ouest.

Le tonnage abattu est le double du tonnage produit.

Une spécialité : la charcuterie-salaison

L’industrie de la transformation est quasiment spécialisée sur les produits de salaison : au premier rang le saucisson et le jambon sec. Ces deux produits représentent 85 % du tonnage de charcuterie régional contre 12 % au niveau national. Une Indication Géographique Protégée va très bientôt concrétiser l’image positive de la charcuterie d’Auvergne sur le marché national.

Une filière organisée

La production organisée en OP regroupe les 9/10 de la production régionale, avec plus de 300 élevages, à partir de 3 structures :

  • CIRHYO, coopérative spécialisée inter-régionale, présente sur les 4 départements, fruit d’un processus de fusion avec des coopératives des régions voisines, impliquée dans la l’abattage-découpe au côté de SICAREV dans TRADIVAL (sites de Lapalisse et Orléans)
  • CAPP, coopérative du groupe ALTITUDE, présente sur le Cantal et l’ouest de la Haute-Loire, dans un schéma original de filière verticale complète ; le groupe intègre également une activité d’aliment du bétail, d’abattage-découpe et de transformation (salaison et charcuterie cuite)
  • GEPVA, coopérative de Haute-Loire orientée sur le naissage.

Les OP auvergnates regroupent tous les types d’élevages et sont fortement impliquées dans les démarches-qualité : Label Rouge, CCP, Montagne, Bio.

Une opportunité de développement

Dans un contexte géographique favorable avec la proximité des zones de production de céréales et des zones de consommation, avec l’appui de sa filière organisée, l’élevage porcin constitue une opportunité de développement pour fixer des actifs en complément des productions à l’herbe ou des cultures, avec une diversité de propositions : en production principale ou complémentaire, ou emploi salarié.

La présence de l’élevage porcin est également un atout pour maintenir les abattoirs de proximité et donc la valorisation locale des ruminants.

Chiffres clés régionaux

  • 2 000 emplois
  • 20 000 truies
  • 380 000 porcs charcutiers produits
  • 700 détenteurs de porcs
  • 300 éleveurs en OP

Plus de chiffres

Pour plus d'information

Bernard LEPINAY,

animateur de l’URPAL (Union Régionale Porcine Auvergne-Limousin) et du CSA (Consortium des Salaisons d’Auvergne)

Mentions légales | Contacts |  Plan du site - CRAA |  Coordonnées    |  RSS